Aller au menu
Aller au contenu

JIAOGULAN - 絞股藍
Gynostemma pentaphyllum

Indication

Dépressions, cholestérol, faiblesse du système immunitaire, traitement après un cancer, prévention en cas d’accident vasculaire cérébral, infarctus ...

Description

Composition :
100% gynostemma pentaphyllum folium

Partie utilisée :
Feuilles

En Chine, le jiaogulan est nommé « plante indigo grimpante » ou « plante de l’immortalité » (xiancao), ginseng du sud, (anglais southern ginseng). Le jiaogulan résiste au froid jusqu’à environ -18°, mais meurt en hiver et bourgeonne à nouveau au printemps. Pour passer l’hiver il faut le recouvrir avec de la paille. Le jiaogulan est une plante grimpante, herbacée, simple et poussant vite de la famille des cucurbitacées, originaire d’Asie, de la région montagneuse de la Chine centrale. Elle est dioïque et hétéroïque. Les habitants de cette partie de la Chine utilisent depuis toujours le xiancao comme thé de vitalité et le grand nombre de personnes de plus de 100 ans est imputé à la consommation de la plante. Les plus anciennes transmissions proviennent sans exception de cette zone où la plante a déjà été mangée comme légume sauvage vers 1400 lors de famines. Les premières transmissions médicales datent de l’année 1580. Les autochtones disent « il agit mieux que le ginseng », d’où la désignation xiancao, plante de l’immortalité. Depuis des années, ce n’est pas seulement en Asie de l’Est mais également aux Etats-Unis et en Europe que le xiancao est de plus en plus apprécié comme une alternative bon marché au ginseng, surtout parce qu’il peut être facilement cultivé dans le jardin ou en pot à la maison. Les composants sont comparables à ceux du ginseng. Le jiaogulan contient même des saponines spécifiques, les soi-disant gypénosides (l’existence de 83 saponines différentes a été prouvée, alors que le ginseng ne contient qu’environ 20 saponines (panaxosides)), mais également du polysaccharide, des cétones, des acides aminés, des protéines, des oligo-éléments et des vitamines, qui ensemble en tant que complexe actif ont un effet adaptogène et sont surtout responsable de cet effet bienfaisant et équilibrant. Les saponines sont des liaisons organiques naturelles qui participent entre autres à la synthèse hormonale. C’est la raison pour laquelle le jiaogulan est particulièrement apprécié par les femmes et est également nommé le « ginseng des femmes ». Le jiaogulan n’a pas d’effets secondaires et a toujours un effet apaisant et équilibrant, renforçateur du système immunitaire, hématopoïétique, cancérostatique, réducteur du stress et stimulant pour le métabolisme. Les gypénosides stimulent l’enzyme superoxide dismutase contenu dans le corps – un antioxydant très efficace qui protège entre autres les vaisseaux des radicaux libres qui favorisent l’artériosclérose et qui agit contre la coagulation des plaquettes sanguines et agit de manière préventive contre les thromboses. Le jiaogulan stimule également la mémoire en donnant des impulsions à la voie nerveuse optique, ce qui est important pour les patients SEP. Le jiaogulan agit de manière apaisante sur les nerfs et fortifie également les personnes qui n’ont pas les nerfs solides. On se repose mieux après un effort et on dort mieux car les soucis et les peurs sont mieux gérés. Les inflammations et les maladies infectieuses peuvent être traitées avec le jiaogulan, ainsi que la bronchite ou la toux et il est même censé résoudre les problèmes de tachycardie et de fatigue chronique ! On ressent immédiatement une poussée d’énergie lorsqu’on goûte quelques feuilles fraîches. Il est perçu comme une sorte d’élixir de jeunesse et permet de conserver la santé disent les gens qui habitent dans le pays d’origine de cette merveilleuse plante.

La médecine chinoise traditionnelle, classe la plante en tant que tonique pour le QI comme sucrée, légèrement amère et l’effet thermique est répertorié comme froid. Le rapport à l’organe se situe au niveau des poumons et de la rate. En 1991, lors de la conférence internationale pour la médecine traditionnelle chinoise qui s’est tenue à Pékin, le jiaogulan a été classé parmi les dix plantes les plus efficaces. Les feuilles de la plante sont préparées sous forme de thé. Le thé a un bon goût et peut être préparé aussi bien avec des feuilles sèches que des feuilles fraîches, mais les feuilles fraîches ont meilleur goût. Les jeunes pousses croquantes agrémentent les salades d’une agréable note exotique, En résumé om peut dire que les effets du jiagolan sont d’une part un effet adaptogène et d’autre part un fort effet antioxydant.

Aux personnes qui souhaitent en savoir plus sur les effets guérisseurs et l’histoire du jiagolan, je conseille tout particulièrement de lire « Le jiagolan, la plante chinoise de l’immortalité » de Michael Blumert et du Dr. Jialiu Liu.

http://vimeo.com/65678963

Posologie

3-6 gélules par jour avec beaucoup d’eau
ou comme thé : utilisez des feuilles fraîches ou séchées

Imprimer