Aller au menu
Aller au contenu

HUILE DE BOURRACHE VIERGE - 琉璃苣
Borago officinalis oleum

Indication

Angine de poitrine, artériosclérose, arthrose, bouffées de chaleur, problèmes cardiaque (après infarctus ou prévention), crampes, croûtes de lait, dépression (troubles hormonaux), dermatose squameuse, diabète, eczémas secs, étouffement, faiblesse générale, frigidité, stimulation des glandes, hémorroïdes, troubles hormonaux, impuissance, ménopause, nervosité (en général), carence en oestrogène, élasticité de la peau, polyarthrite, psoriasis, radicaux libres, rides, sclérose en plaques, tension du sein, faiblesse des tissus, transpiration forte, varices, inflammation et stase veineuse, vergetures, processus de vieillissement...

Description

Composition :
Capsule 100% Borago officinalis oleum + 10 mg vitamine E

Partie utilisée :
Semences, première pression à froid, huile extra vierge

Depuis plusieurs années, on connaît mieux le mécanisme d'action des huiles volatiles essentielles et des graisses non saturées, qui ont permis de confirmer ce que les générations précédentes avaient pressenti: ces substances sont vitales pour l'organisme. L'huile de bourrache est riche en acides gras polyinsaturés, notamment gammalinolénique et dihomo-gamma-linolénique, dont elle contient 15-23% (substances rares dans la nature). Seule l'huile d'onagre s'en rapproche, avec 6-9%. Ces acides gras ont une action semblable à celle de la vitamine F, indispensable au métabolisme. On l'appelle la vitamine des nerfs, mais elle agit aussi sur les troubles sexuels, améliore la circulation sanguine en rendant les veines plus élastiques. Ces acides gras sont appelés prostaglandines No 1 (PG1). Contrairement à l'acide arachidonique ou PG2, qui peut provoquer des troubles dans l'organisme s'il est présent en trop grande quantité, les PG 1 stabilisent et ont un effet favorable sur l'artériosclérose, les thromboses, le cholestérol et la coagulation des plaquettes sanguines. Les recherches ont démontré que l'organisme peut fabriquer, à partir des acides gras polyinsaturés, des PG 1, mais qu’entre 30 à 35 ans, la production commence à diminuer parfois liée au diabète, stress, ou aux carences enzymatiques. L'absorbtion de GL peut maintenir et stimuler la production des PG1. On a traité avec succès les affections suivantes: inflammations veineuses, hémorrhoïdes, varices, angine de poitrine, infarctus, asthénie du coeur, diabète, artériosclérose, cécité, cholestérol, surcharge pondérale, cellulite, goutte, arthrose et arthrite, rhumatismes, troubles de la menstruation, oedèmes, dépressions, ménopause, troubles hormonaux, maladies de la peau, scléroses multiples (MS), alcoolisme, sénilité, et aussi certaines maladies de l'enfance. Les patients malades de MS ont eu une diminution de 80% des troubles liés à leur maladie, amélioration rendue possible grâce au spectre d'action très large des GL. L'huile de bourrache n'est pas une panacée universelle, cependant, elle peut combler des déficits et des carences. Elle a également fait ses preuves sur l'épiderme, qu'elle rend souple, en gommant rides et ridules. En cas de peau grasse et d'acné, l'utilisation devrait se faire plus tardivement. Les PG 1 agissent maximalement lorsque le corps n'est pas surchargé en nicotine, alcool ou graisses animales, cependant la bourrache est une aide précieuse pour da destruction de ces toxines. De récentes recherches ont démontré les vertus stimulantes de la bourrache sur les glandes cortico-surrénales, productrices d'adrénaline. John Evelyn a estimait en 1699 dans ses écrits que "la bourrache donne de nouvelles forces de vie à l'hypocondriaque et stimule l'étudiant diligent".

Posologie

2-3 x par jour 1-2 capsules avec beaucoup d’eau
510 mg/capsule

Imprimer